Quatre niveaux de conscience dans la sexualité : Porno, Kamasutra, Tao et Tantra.

 

De tous les phénomènes qui traversent la société contemporaine, l’émergence et le développement du Porno à une très grande échelle, dans la plupart des pays du monde, me paraît être l’un des sujets les moins étudiés et pourtant des plus importants. La plupart des commentaires se limitent généralement à une condamnation de ce phénomène, avec parfois quelques analyses sommaires de son impact sur la sexualité des jeunes.

Alors que je rentrais dans l’adolescence, à la fin des années 60, ce phénomène était quasiment inexistant, ou en tout cas l’accès à des matériels pornographiques était relativement difficile. Cela a bien évidemment changé durant ces dernières années, et toute personne disposant d’un ordinateur a du même coup un accès quasi illimité à des images et des films pornographiques.

D’un point de vue tantrique, cette irruption du Porno dans la vie de centaines de millions de gens présente à la fois un coté extrêmement positif et un autre terriblement négatif.

A mes yeux le fait que le Porno se soit implanté, en relativement peu de temps, dans pratiquement tous les pays et les types de culture, quelques soient les morales et les croyances religieuses affichées, met en exergue le caractère irrépressible de l’énergie sexuelle. Certains faits sont particulièrement intéressants à noter. Ainsi en Inde le gouvernement hindouiste, très conservateur, a essayé il y a quelques mois d’interdire la plupart des serveurs de Porno dans le pays mais a dû y renoncer devant l’énorme levée de boucliers qui s’est manifestée à son encontre. D’après certaines informations la cité du Vatican compterait l’une des plus grandes densités de connexions à des sites porno, par rapport aux nombre d’habitants, de la planète ! Et on ne compte plus les prêtres ou dignitaires religieux de toutes les religions pris la main dans le sac dans l’exploration de ce type de sites.

Pour les personnes, comme les tantrikas, les thérapeutes reichiens et tous ceux, très minoritaires, qui affirment que l’énergie sexuelle est la force primordiale de l’être humain, cet état des choses vient conforter de manière éclatante la conviction que toutes les limitations imposées à cette énergie  ne sont qu’un vernis, qui conduit à la perversion ou à l’hypocrisie, mais jamais à une réelle transcendance.

Pour moi, l’aspect le plus négatif concernant le Porno ne repose pas sur le fait de montrer de façon explicite les rapports sexuels qui sont à la base même de la vie de notre espèce. C’est plutôt l’atmosphère qui transparaît à travers l’immense majorité de ces productions pornographiques, qui constitue le véritable problème. En effet, au cours d’une petite enquête à laquelle je me suis livré au cours de l’année écoulée, j’ai remarqué que, dans la quasi-totalité des cas, les films pornos faisaient preuve d’un grand mépris envers les femmes, et coupaient les manifestations sexuelles de tous sentiments, ou, en terme tantrique, de toute connexion avec les autres chakras. L’énergie qui se dégage des scènes montrées est généralement très lourde, et après avoir visionné un ou deux de ces films, je me suis senti habituellement en proie à une légère nausée. Je n’ai donc pas fait un tour exhaustif des productions pornographiques, mais ce que j’ai vu m’a semblé suffisant pour conclure à un immense gâchis entre ce qui est montré et le vrai potentiel de l’énergie sexuelle humaine

Si ce que l’on peut classer sous le titre de Porno représente sans doute l’échelon le plus bas de la conscience humaine vis-à-vis de la sexualité, le Kamasutra pourrait en constituer une marche un peu plus élevée. En effet, dans le Kamasutra, ensemble de textes indiens traditionnels concernant la sexualité, et datant de nombreux siècles, on trouve un raffinement et un sens de la beauté d’un tout autre niveau que dans le Porno habituel.

L’approche taoiste de la sexualité constitue à mon sens une étape encore plus élevée. Dans les enseignements taoistes diffusés en Chine depuis des milliers d’années, des pratiques sexuelles complexes et raffinées visent à améliorer la santé des personnes qui les pratiquent ainsi que leur longévité. Certains textes taoistes offrent même des enseignements qui sont sensés amener aux portes de l’immortalité…

Mais il  me semble que c’est avec les enseignements du Tantra que l’énergie sexuelle est amenée à son point le plus profond de compréhension, et à son degré le plus haut d’évolution. En effet, dans la vision tantrique, la sexualité n’est que la manifestation de notre énergie vitale par le biais du premier chakra, le « Muladhar ». Lorsque cette énergie est mise en mouvement dans le canal central présent à l’intérieur de notre colonne vertébrale (ce que dans les enseignements traditionnels du Yoga et du Tantra on appelle la « Sushumna »,  et que j’aime nommer notre Arc-en-Ciel intérieur), elle change de qualité et devient sensualité et joie de vivre dans le « Swadisthan » (également appellé hara), vitalité et puissance dans le « Manipura » (plexus solaire), empathie, tendresse et amour au niveau de « Anahatta » (cœur), communication et créativité dans « Vishuda » (gorge), vision intérieure et extase dans « Ajna » (troisième œil), et finalement unité avec le divin dans le « Sahasrar » (couronne). La richesse de ce cheminement est réellement inépuisable !

Le chemin du Tantra nous amène à nous réapproprier en conscience tout l’aspect vital, sauvage et spontané de notre énergie sexuelle de la racine. Mais en rester là, comme certains le croient à tort, n’est évidemment pas le but du Tantra. S’arrêter au niveau sexuel (et même s’il s’agit d’une sexualité beaucoup plus libre, joyeuse et gratifiante que ce qu’en connaissent la plupart des gens), n’est pas un « péché » dans la vision du Tantra, c’est simplement d’une pauvreté extrême par rapport à l’infini potentiel des êtres humains. Après nous être libérés des tabous, avoir guéri nos blessures sexuelles, et nous être réappropriés notre énergie vitale, le Tantra nous invite à rentrer dans cette danse sans fin qui est celle du mariage intérieur de nos chakras. Il suffit d’avoir fait au moins une fois l’expérience de l’extase dans le troisième œil ou la couronne pour savoir de façon certaine que les galipettes à répétition des films pornos ne sont qu’un pâle reflet de ce qui est naturellement disponible à l’homme et à la femme qui sont prêts à avancer sur ce merveilleux chemin.